Père Patrick

Le clonage, troisième transgression suprême après le péché originel et le déicide

 

Le Père Patrick à Rome avec l'étendard de Sainte Jeanne d'Arc le 17 mai 2015 pour la canonisation de Marie de Jésus Crucifié

 

La compréhension de ce que nous explique le Père Patrick est absolument vitale en cette fin des temps, qui n'est pas encore à son ultime période, à savoir la onzième, comme Saint Thomas d'Aquin l'a montré, qui adviendra après le millénaire d'Ap 20,1-6, en correspondance avec l'ultime venue du Seigneur pour le Jugement dernier (qui ne nous concerne donc absolument pas, même si la tribulation que nous allons vivre très bientôt à son apogée, y ressemblera sous certains aspects, on pourrait dire par projection).

Tout est fait aujourd'hui par nos gouvernants pour nous cacher l'enjeu eschatologique de la question du clonage qui n'est pas seulement un scandale au niveau éthique et purement humain, mais plutôt spirituel et métaphysique, car il constitue l'attaque ultime de Satan contre Dieu, occasionnant la troisième transgression suprême de l'humanité contre Son Créateur, après le péché originel et le Déicide il y a 2000 ans, puisque l'on contraint Dieu de donner une âme spirituelle à une création qui ne vient pas de Lui, ce qui est évidemment contraire à Sa Sainte Volonté, constituant ainsi le Sacrilège suprême.

Nous sommes désormais au cœur de la bataille et les enjeux sont quasi infinis, car tout peut basculer d'un moment à l'autre, soit dans le bien, soit dans le mal en fonction de la réponse de l'ensemble de l'humanité.

Seulement, le Ciel se plaint plus que jamais de notre humanité qui court à sa perte, car au lieu de nous convertir, nous sombrons de plus en plus vers l’abîme sans fond et éternel du gouffre de l'Enfer, notamment à cause des lois promulguées par nos gouvernants à l'échelle planétaire, en particulier la loi sur le clonage humain votée en France depuis 2004 et 2005.

Oui l'animation est immédiate (c'est à dire que l'âme spirituelle est donnée par Dieu en même temps que le corps), et à ce titre le sensus fidei (le sens de la foi des fidèles) devrait obliger à donner à cette doctrine un caractère dogmatique, d'autant que la solidité de sa démonstration métaphysique est avérée, comme l'explique si bien le Père Patrick : les fidèles ne s'y trompant pas.

Il est plus qu'urgent que le monde entier se mette à genoux pour implorer la Sainte Miséricorde Divine, afin que les châtiment devenus inévitables soient atténués le plus possible, non parce que Dieu châtierait, mais bien parce que l'homme s’attire lui-même le châtiment à cause de son péché qui a percé la voûte des Cieux ! Telles sont les paroles du Christ.

Dans tous les cas, Dieu triomphe en toutes circonstances et rien ni personne ne peut réellement s'opposer au Plan d'Amour du Créateur de toutes choses.

Seulement, si nous ne voulons toujours pas comprendre les signes des temps en abaissant notre orgueil, nous goûterons toutes et tous la Sainte Justice de Dieu qui agit encore dans et par Sa Sainte Miséricorde, afin de nous sauver infailliblement de l'Enfer éternel, qui existe bel et bien et n'est absolument pas une vue de l'esprit.

Celui qui se perd, ne se perd éternellement uniquement parce qu'il le veut, en persistant dans son péché jusqu'à la fin, en ne demandant jamais pardon à Dieu : telle est l'impénitence finale qui damne les âmes.

Sainte Maryam de Jésus Crucifié canonisée le 17 mai 2015 dit en ce sens à raison : « Aujourd’hui, la sainteté, ce n’est pas la prière, ni les visions ou les révélations, ni la science de bien parler, ni les cilices, ni les pénitences ; c’est l’humilité… Au ciel, les plus beaux arbres sont ceux qui ont le plus péché ; mais ils se sont servis de leurs misères comme d’un fumier qui entoure le pied… En enfer, il y a toutes sortes de vertus, mais il n’y a pas l’humilité. Au ciel, il y a toutes sortes de péchés mais il n’y a pas l’orgueil ».

On voit bien autour de nous cette paralysie spirituelle des âmes, à cause de cette ultime transgression suprême.

L'humanité entière sent bien en effet qu'elle est victime d'un mal qu'elle n'arrive pas à identifier correctement en faisant le lien avec le clonage humain dont les conséquences sont infiniment plus graves que l'on peut l'imaginer dans le monde invisible, qui est en réalité bien plus réel que le notre, car éternel.


Seul le Verbe de Dieu peut réparer cette transgression ultime, car là où le péché abonde, la grâce surabonde, nous explique le grand Saint Paul, l'Apôtre des nations.

Nous devons appeler à grands cris unanimement ce repentir mondial attendu par Dieu, dont le monde à tant besoin, à défaut, nous périrons toutes et tous infailliblement, car la coupe de la Sainte Colère de Dieu déborde à n'en plus finir à cause du péché commis et justifié à l'échelle planétaire, dont la gravité est sans égal dans toute l'histoire de l'humanité jusqu'à nos jours, sachant que nous sommes malheureusement la pire génération que la terre n'ai jamais portée depuis la création du monde, comme nous l’affirme Notre Maître et Seigneur Jésus-Christ.


C'est la raison pour laquelle, dans la confiance des enfants de Dieu, prions l’Éternel, afin qu'Il Se laisse toucher et puisse nous pardonner, car c'est Son plus grand désir.

Pour cela, il faut qu'au moins quelques uns le demandent de tout leur cœur au Christ et à Sa Très Sainte Mère, l'Immaculée Conception.

Ainsi le petit reste fidèle pourra réellement être le levain dans la pâte attendu par Dieu qui permettra le sauvetage de l'ensemble de l'humanité.

Il convient de faire nôtres les paroles de Saint Augustin : "Dieu nous a créé sans nous, mais ne nous sauveras pas sans nous".

Dieu dit : faites et Je ferai !


Votre serviteur dans l'Amour du Père et du Fils.

 

http://catholiquedu.free.fr/2007/parousieCESHE.htm#_ftnref2

  
Par M. de Vergeron, Président de Vigilance-Clonage, voir http://catholiquedu.free.fr/ONU25.htm

   

"Ne garde pas sous le sceau du secret les paroles de ce livre de prophéties, car le temps est proche" (Ap 22, 10)

 

Au Jéricho québécois de mars 2007, à Rougemont, prière de supplication et de réparation pour le "désastre du monde", une équipe française de Vigilance-Clonage-international a pu se joindre à cet événement spirituel, proposant une plus grande prise de conscience du pourquoi de cette désolation : quelle serait la Source cachée à beaucoup d'observateurs de ce mal qui se répand sourdement ? Le mot biblique qui désigne en hébreu cette "désolation métaphysique" qui un jour devait recouvrir l'humanité entière s'écrit "Méshom" : elle devait trouver son origine, d'après la révélation de l'Archange Gabriel au prophète Daniel, dans ce que le texte appelle "Shiqoutsim Meshomem" ("Sacrilège de la Dévastation", parfois traduit "Abomination de la désolation").

Derrière cette annonce se cachait la question du Clonage humain.

Le Primat des Gaules, Archevêque de Lyon, premier prélat du Nouvel Israël qu'est la France, se devait d'être le premier à alerter le monde : la loi votée en France ouvrant les portes au Clonage de l'homme en août 2004 a été désignée par lui comme "la Transgression sans précédent" : "leur intention est diabolique, a-t-il confié aux experts de Vigilance-Clonage-International, ils iront jusqu'au bout".

Que veut dire "Transgression sans précédent" ?

Ce mot désigne quelque chose de plus grave que le péché, et même que la culture de mort: il désigne comme un au-delà du péché, en raison de ses conséquences et de sa nature. Les autres transgressions de l'histoire furent : le péché originel, "transgression contre l'arbre de la connaissance du bien et du mal" et la Crucifixion du Messie par son peuple, "transgression (salutaire celle-là) de l'arbre de la croix". Mais nous attendions depuis la "Transgression Suprême", "transgression contre l'arbre de vie".

Cette dernière n'agresse plus seulement la vie, ou la grâce messianique, mais la propre Source de la vie, directement, sans voile : "Le clonage? L'inacceptable intrusion de l'humanité dans le Sanctuaire de la Vie" réservé à Dieu seul "pour y faire son opération propre" (expression du Président de la république française en février 2001 à Lyon) vient agresser Dieu, le Créateur, en direct, sans voile  par le choix libre unanime et universel que fera cette dernière humanité en s'autorisant de venir L'y abominer pour entreprendre le Clonage humain.

Cette échéance est tombée, elle est advenue, elle désole l'Univers entier, depuis la décision de l'ONU du 8 mars 2005…Quelques éléments minimum d'information :

ONU le 8 mars 2005 :

 Transgression sans précédent ou transgression suprême

(au-delà du péché originel et de la Crucifixion du Messie)

 

De la France à l’ONU, la BIOETHIQUE libéralise le clonage humain

 

Véritable contenu des textes de loi bioéthique française, ainsi que celui de la déclaration de l'ONU du 8 mars 2005.

 En résumé : La loi française du 6 août 2004, ainsi que la formule ONU du 8 mars 2005 ne condamnent que par principe les diverses formes de clonage humain, considérant la liberté d’y contrevenir dans certains cas, sans inconvénient pénal ou international. De fait, la loi française de bioéthique du 6 août 2004 autorise textuellement toutes les formes de clonage de l'homme, tout en affirmant le « principe moral » de sa condamnation.

L'intrusion dans le Sanctuaire des origines de la Vie officialise donc une LOI d'ABOMINATION (désignée bibliquement comme source de désolation métaphysique jusqu'à la fin du monde) : 

La déclaration non-contraignante contre le clonage humain du 8 mars 2005 votée par l’Assemblée Générale de l’ONU relaye l’exemple français d’une grave condamnation morale camouflant simultanément une libéralisation de fait dans la pratique. L’unanimité des nations et des hommes feint d’ignorer la nature de la gravité du clonage humain comme transgression contre la Dignité de l'Arbre de la Vie et de la Présence effective du Créateur...

Lorsque l'ONU veut condamner une pratique universellement inacceptable au plan mondial, elle produit une "résolution" toujours contraignante pour les Etats, ou une "convention"; la déclaration simple indique une condamnation théorique sous-entendant une non-condamnation pratique. Condamnation pratique que l'unanimité des peuples allait décider à l'ONU en 2003, mais qui fut empêchée par l'intervention musclée de la France par les bons offices de son ministre des affaires étrangères,  Dominique de Villepin.

Cette faute, qui dépasse en gravité toute faute, a son nom depuis longtemps dans la Révélation prophétique : “Abomination de la désolation” (dans la Bible : « Shiqoutsim Meshomem »), que l’Archange Gabriel avait annoncée et expliquée au prophète Daniel (Dan. 9, 27) : 

« Confirmabit autem pactum multis hebdoma una, et in dimidio hebdomadis deficiet hostia et sacrificium,  et in templo erit abominatio desolationis, et usque ad consummationem et finem perseverabit desolatio » [trad. St Jérôme & Vulgate]

 

 ·         IL ( LE CHEF A VENIR du v.26) CONFORTERA UN PACTE AVEC BEAUCOUP SUR LA DUREE D’UNE SEMAINE.

·         SUR LA DUREE D’UNE DEMI-SEMAINE L’HOSTIE ET LE SACRIFICE SUPPRIMERA.

·         (C’EST QUE ) SUR L’AILE DU TEMPLE SERA L’ABOMINATION DE LA DESOLATION.

·         ET JUSQU'A LA CONSOMMATION DE LA FIN LA DESOLATION PERDURERA [trad. Analytique]

 

Jésus précise : « Lorsque vous verrez l’Abomination de la Désolation dont parle le prophète Daniel établie dans le lieu Saint, que celui qui lit discerne [quel est ce lieu !] »  (Mt. 24, 15)

Quant au lieu Saint du Temple, on peut penser à l’herméneutique de Jean l’Evangéliste :

Le temple est le corps de l’homme (Jean 2) 

Un scoop a été annoncé, encore une fois en France, en septembre dernier à Notre Dame du Laus lors de la session internationale du CESHE, qui confirme l'interprétation du Primat et du groupe d'experts de Vigilance-Clonage-International, groupe catholique qui s'honore d'un suivi quotidien de ces questions depuis 1999: sur ces deux versets, une exégèse originale et nouvelle, à partir de la version hébraïque, elle-même trans-littérée en hébreu archaïque selon la méthode de Fernand Crombette… peut permettre d'éclairer cette interprétation de manière frappante:

Ce travail d’exégèse à partir d’un hébreu mono-syllabique, se réalise en retrouvant pour chaque mono-syllabe de la version officielle de l’hébreu classique sa traduction scientifique en langage sémitique usité lors de la présence du Peuple d’Abraham en Egypte. Traduction rendue possible par les recherches les plus modernes de la linguistique, à partir de l’égyptologie, des synopses de diverses versions épigraphiques et scripturaires des langues pré-mosaïques[1][1] ; certaines versions coptes encore aujourd’hui en usage dans les Eglises confirment la solidité des résultats obtenus.

  

Déclaration de Claude ALAIN, Président du Ceshe, ND du Laus, septembre 2006

DANIEL 9, versets 26-27, parcours Exégétique (à la suite de Fernand CROMBETTE) :

 

Dans le verset 12 de l’Evangile de Saint Jean, ce dernier parle du fils de perdition, donc de l'antéchrist... ( … ) ce texte de St Jean qui nous mit sur la piste de tous les textes eschatologiques et particulièrement Daniel 9, versets 26 et 27. Le premier résultat des investigations faites sont presque incroyables et donnent froid dans le dos.

Le verset le plus important est évidemment le 27 où Daniel parle de « l'abomination de la désolation dans le temple ».

27 - Mais il confirmera son alliance avec un grand nombre dans une semaine ; et au milieu de la semaine cesseront l'oblation et le sacrifice ; et l’abomination de La désolation sera dans Le temple, et la désolation continuera jusqu’à la consommation et à la fin. ( Traduction classique Polyglotte de Vigouroux : DANIEL 9, verset 27 )

Des hectolitres d’encre ont été utilisés depuis les Pères pour savoir ce qu'était exactement cette abomination de la désolation devant survenir à la fin, et ce temple.

Voici donc ce que donne la translittération :

26. « A cette époque (la fin), la science s'imposera et l'emportera sur le spirituel en commençant par les avortements ; en touchant à la vie, ils atteindront l'âme créée par Dieu. Le démon mènera le monde vers la corruption et la mort.

27. Le démon rassemblera des individus grâce à son intelligence maligne et son esprit infidèle. À cette époque, l'homme de science créera des fœtus avec des semences et des cellules (particules) inanimées auxquelles il donnera vie ; mais, comment pourra-t-i1 créer une âme ? Son savoir théorique ne pourra rivaliser avec l'Amour et la Science de Dieu.

 Avant la fin des temps, le malin, 1'usurpateur de Dieu, travaillera à faire naître charnellement par suite de mutations scientifiques de semences et cellules fabriquées occupant le lieu de la féminité, (de l’innocence) pour la pire des abominations : négation du principe de la conception (procréation) désirée par Dieu, fabrication de copies à partir de particules ».

-----------------------

Le travail sur ces deux versets en particulier peut être affiné : il peut encore nous apprendre d’autres choses. Par exemple, associé à la racine copte qui nous donne particule, c'est-à-dire cellule, nous trouvons un mot copte qui signifie très froid.[2][2]

Il n'est pas inutile de proposer ici une attention particulière au mystère d'iniquité qui ouvre notre temps contemporain; l'Archange Gabriel attire notre attention sur le compte à rebours démarrant à l'occasion de l'advenue de l'ouverture collective de l'humanité à son choix d'Abomination du Créateur. Jésus-Christ-Notre-Seigneur lui-même indique par deux fois dans l'Evangile qu'il faut être particulièrement attentif aux lieu et temps de l'Abomination suprême dont parle le prophète Daniel. Or, l'affirmation du Pape Jean-Paul II du 24 février 1998 sur l'instant de la création de l'âme spirituelle par Dieu dans le processus embryonnaire ne nous permet plus de douter que ce lieu est la première cellule fécondée à l'instant de l'apparition du premier génome…  Le temps est le notre, depuis le 8 mars 2005. Soyons donc attentifs :

 

Le Prophète Daniel reprend la question de la transgression suprême au chapitre 12, en ces termes (Traduction classique Polyglotte de Vigouroux : DANIEL 12, versets 9-12 ):

 9. Et il dit : « Va Daniel, car les paroles sont fermées et scellées jusqu'au temps fixé » : 10. Beaucoup seront purifiés et deviendront blanc et éprouvés comme le feu ; et les impies agiront avec impiété et aucun des impies ne comprendra : mais les savants comprendront : (Segond dit : « Une multitude sera purifiée, blanchie et épurée; les méchants agiront en méchants et aucun des méchants ne comprendra, mais ceux qui auront du discernement comprendront. » 11. Et depuis le temps qu'aura été aboli le sacrifice perpétuel et qu'aura été établie l’abomination de la désolation, il s’écoulera 1.290 jours. (Segond dit pour abomination de la désolation : horreur dévastatrice !). 12. Bienheureux celui qui attend et qui parvient jusqu’à 1.335 jours .


*   *   * 

Correspondance avec les calendriers

La formule ONU du 8 mars 2005 ne condamnant que par principe les diverses formes de clonage humain, ouvre la liberté aux nations d’y contrevenir sans inconvénient pénal ou international, malgré les efforts des représentants catholiques autour de Mgr Migliore.  Or, entre le 8 mars 2005 et le 11 septembre 2008 - correspondance vraiment étonnante - il y a 42 mois ou 1.290 jours.

Date exacte où les savants de 35 pays ont engagé la tentative de dérèglement des champs morpho-protoniques de notre unité matière/temps au CERN à Genève, certains d’entre eux n’hésitant pas à évoquer à cette occasion leur arrogance vis-à-vis du Créateur… tentative échouée cinq jours après son démarrage très médiatisé (il s’agit d’une espèce de clonage de la matière)[3].

Ces 1.290 jours correspondent au comput que l'Ange Gabriel a révélé au prophète Daniel, comme à celui que l'Ange de l'Apocalypse a révélé à saint Jean : si cette Abomination de la Désolation désigne la transgression suprême du 8 mars 2005, que celui qui lit, discerne, calcule[4] et comprenne.

Se préparer avec les Sacrements, dans la confession, l'Eucharistie, et dans les Commandements de Dieu : l'Amour, la Charité qui effacent une multitude de péchés. Vigilance-clonage-international propose une prière de supplication à Dieu le Père ainsi agressé par nous, humanité qui ne sait pas ce qu'elle fait.

Que chacun répète bien souvent :

"Pitié, Mon Dieu, pour ceux qui T'abominent, Te blasphèment, dévastent ta Paternité vivante dans le sanctuaire du corps originel de l'homme qui T'est réservé à Toi seul : pardonne leur, ils ne savent pas ce qu'ils font; pitié pour ce scandale du monde: délivre-nous de l'esprit de Satan …  pitié pour que Ton Règne arrive: sauve-nous, il en est encore temps !"

 

Prière œcuménique[5][4]
d’Amour et de Réparation,

à l’Heure où l’Humanité
s’ouvre au clonage.

Réponse de la France et de la Nouvelle France, à la suite de sa faute, à la supplique du Seigneur en sa Lettre à la première Eglise :

Allons! Rappelle-toi d'où tu es tombée, repens-toi, reprends ta conduite première. Sinon, je vais venir à toi pour changer ton candélabre de son rang, si tu ne te repens. Celui qui a des oreilles, qu'il entende ce que l'Esprit dit aux Eglises: au vainqueur, je ferai manger de l'Arbre de vie (Apocalypse 2, 5-7)

 

O Père,  Bien Aimé Créateur, Source en notre chair de vos torrents vivants de Lumière et d’Amour,

Apprenez-nous à immerger sans cesse notre humanité et notre temps désolé, notre esprit et notre cœur, dans Votre Paternité, à fixer sur Elle notre respectueuse et affectueuse attention !

Et, puisque Vous cheminez avec nous depuis le sanctuaire de notre conception sur le chemin de la vie véritable,

En ces jours où l’humanité toute entière a voulu décider d’abominer votre Arbre de vie, d’injurier Votre silence créateur et fécond au cœur même du sanctuaire du Saint des Saints de notre corps originel qui Vous est réservé, à Vous seul, dans le temps comme dans l’Eternité,

Ne Vous éloignez pas des faibles pèlerins que Votre Amour veut garder dans Sa Main : Introduisez-nous en Vos regards miséricordieux, plongez-nous dans Votre Sein de Père, imprégnez-nous de Vos douceurs, ouvrez-nous les portes de la Lumière et de l’Amour !

Emportez nous toujours plus loin et très haut dans les profondeurs de Votre Bonté de Père, que rien ne puisse jamais troubler notre paix, ni nous faire sortir de Votre Présence créatrice, libérante et vivante,

Et que chaque minute nous emporte plus avant dans les profondeurs de l’auguste Mystère, jusqu’au jour où notre âme pourra crier l’immense Réparation de vos fils et de vos filles, s’immergeant dans l’océan de Votre Miséricorde et dans le Cœur ouvert du Verbe fait chair, Amen !



[1][1]Au fait, une des significations du nom de Daniel, par cette méthode donne : (Da Ni Dj Dj Ehl - Té Hn Schèr Ke Laô). Ille-in-fossa-jacere-leo : Celui-dans-fosse-jeter-lion : Celui qui fut jeté dans la fosse aux Lions !

 

[2][2] On pourrait donc traduire ainsi ces passages : « 26. A l’époque de la fin, la science s'imposera et l'emportera sur le spirituel. En commençant par la méthode d’avortement, touchant à la vie, ils atteindront l'âme [au moment où elle est] créée par Dieu. Le démon mènera le monde vers la corruption et la mort. 27. Le démon rassemblera des individus grâce à son intelligence maligne et son esprit infidèle. À cette époque, l'homme de science créera des fœtus avec des semences et des cellules congelées inanimées auxquelles il donnera vie ; mais, comment pourra-t-i1 créer une âme ? Son savoir théorique ne pourra rivaliser avec l'Amour et la Science de Dieu. Avant la fin des temps, le malin, 1'usurpateur de Dieu, travaillera à faire naître charnellement par suite de mutations scientifiques de semences et cellules fabriquées occupant le lieu de la féminité [ovule mère] et de l’innocence [ovule fécondé] pour la pire des abominations : négation du principe de la conception-procréation désirée par Dieu, fabrication de copies à partir de particules congelées »

 

[3]CERN : appareillage gigantesque Intersection Stockage Rings, anneaux de stockage qui révèlent la possibilité de manipuler le temps : les protons, hadrons et anti particules y circulent à TGV proche de la V de la lumière, accompagnés de particules possédant une durée de vie très brève (comme les mésons par ex) qui voient alors leur « temps » se ralentir et leur vie s’allonger : d’où on peut les observer. Le cern s’intéresse spécialement aux anti-hadrons : les hadrons sont des particules lourdes du noyau atomique : structures composées dont les composants sont à nouveau des hadrons, chacun « maintenu » par des forces associées d’autres hadrons, chacun de ces hadrons étant maintenu à son tour par des forces émanant du premier hadron : chaque particule aide à créer les autres qui … la créent elle mm (« lanière de botte ») : l’univers serait ouvert à un hologramme d’entités en constante inter génération…

 

[4][3] D'après le calendrier grégorien, que nous utilisons, le 11 septembre 2008 correspond au 1er jour de l'année 2001 du calendrier copte (calendrier chrétien le plus ancien et le plus vénérable).
Le calendrier julien a été réformé de 11 jours par le Pape Grégoire XIII en 1582 pour devenir le calendrier grégorien d'aujourd'hui, et avec eux, on doit placer la date de la nativité du Christ en l'an 6 avant JC ! En effet, le calendrier julien qui eut cours au Moyen Age se décalait de plus de sept ans du calendrier copte, en raison d'erreurs de calcul du moine Denys le Petit en 532.

Le calendrier copte éthiopien demeure donc une référence pour tout comput biblique sérieux : Il est encore en cours en Éthiopie et dans l'Église Copte. 

[5][4]  Prière composée d’après un texte de Bienheureuse Elisabeth de la Trinité et de Marthe Robin. Nous vous proposons de faire signer cette prière œcuménique par des représentants d’Eglises sœurs, et l’envoyer en signe de communion au pape par l’adresse de votre Nonciature Apostolique    (en France : SS Benoît XVI, abs Nonciature Apostolique, 10 Av. du Pr. Wilson, 75116-Paris cedex; Nonciature Canada: Mgr Luigi Ventura 724, avenue Manor Ottawa (Ontario) K1M 0E3, Nonciature POLOGNE: J.E. Abp Józef Kowalczyk Nuncjusz Apostolski Sekretarz Nuncjatury Ks. pral. Giuseppe LATERZA , Aleja J. Ch. Szucha 12 skr. poczt. 163,  00-582 Warszawa; USA : Archbishop Pietro Sambi,  3339 Massachusetts Avenue, N.W, Washington, DC, USA; EQUATEUR : Giacomo Guido Ottonello, Nunciature Diplomatic Post

Country: Ecuador, Quito, Avenida Orellana 692 y 702, Apartado Postal 17-07-8980) ou : abs Préfet de la maison pontificale, Roma, Etat du Vatican.

 

 

Commentaire du Père Patrick sur l'abomination de la désolation, en hébreu « shiqoutsim meshomem » d'après Dn 9,26-27‏

 

« J’étais l’autre jour avec les chercheurs du Centre d’Etudes Historiques et Scientifiques à partir de l’Ecriture (C.E.S.H.E.), centre qui avait été fondé par le professeur Crombette. Ils lisent l’hébreu dans l’original, ils le phonétisent dans la Genèse, l’Exode et tous les livres du Tanach, c’est-à-dire l’Ancien Testament.

D’après les traditions rabbiniques, Moïse a été le premier transcripteur de la Torah, mais quand Moïse était petit, les Egyptiens parlaient une langue mono-syllabique (par exemple, le mot shiqoutsim meshomem contient plusieurs mono-syllabes).

La langue égyptienne, et même la langue hébraïque d’Abraham étaient mono-syllabiques, et le passage de l’Egypte aux quarante ans du désert a transformé, si je puis dire, le langage des Hébreux en langue pluri-syllabique. Le travail scientifique de cette exégèse littérale consiste donc à tout phonétiser en pluri-syllabique, le transcrire en mono-syllabique et le retraduire.

J’ai supplié ces chercheurs de phonétiser le texte de l’Ange Gabriel au prophète Daniel sur le shiqoutsim meshomem, sans les informer sur ce que je savais après dix ans de travail sur ce texte.

Je vous lis d’abord le texte que vous avez dans votre Bible, d’après les rabbins et Saint Jérôme, verset 27 du chapitre 9 du prophète Daniel, où l’Ange Gabriel parle :

"Le chef à venir [il s’agit de l’Anti-Christ] confortera un pacte avec beaucoup sur la durée d’une semaine ; sur la durée d’une demi-semaine, l’hostie et le sacrifice supprimera, ce que sur l’aile du temple [dans le Saint des Saints] sera le shiqoutsim meshomem et jusqu’à la consommation de la fin le meshom perdurera".

Vous connaissez par coeur cette parole-là puisque vous êtes des habitués de la Sainte Ecriture, et cette traduction est habituelle.

Si nous traduisons ce passage en français, nous obtenons ce que Saint Patrick, les saints prophètes, la Sainte Ecriture nous ont dit : l’Anti-Christ provoquera un désastre terrible, on ne pourra plus dire la messe, il n’y aura plus de sacrements, toutes les nations seront entièrement sous la main de l’Anti-Christ. L’Ange Gabriel dit simplement que la suppression de l’hostie vivante, du sacrifice parfait, la suppression de la visibilité du corps mystique de l’Eglise (sa visibilité, car l’Eglise durera toujours), seront dues à l’abomination de la désolation, au shiqoutsim meshomem qui ouvre les portes au pouvoir absolu universel de l’Anti-Christ chez tous les êtres humains en particulier, individuellement, et ensemble, collectivement. En plus, le shiqoutsim meshomem provoquera une désolation (meshom) métaphysique jusqu’à la fin du monde.

Cela veut dire que nous ne pourrons pas reprendre une spiritualité catholique d’avant le shiqoutsim meshomem pour continuer notre humanité chrétienne jusqu’à la fin du monde. Il faudra une autre spiritualité, il faudra un Monde Nouveau du Sacré Coeur, il faudra un Règne Nouveau du Royaume vivant de Jésus vivant entier, il faudra que le Corps mystique vivant de Jésus vivant soit établi sur un mode incarné différent surnaturel d’amour, de lumière et d’incarnation sponsale. Nous ne reviendrons pas en arrière, nous courrons à travers l’atmosphère à la rencontre du Seigneur pour les Noces de l’Agneau. La Parousie se déroulera sous nos yeux, pratiquement personne d’entre nous sera mort, mais ne croyez pas qu’à partir de ce moment-là la fin du monde est proche.

A Saint Padre Pio, quelqu’un disait :

"Si c’est cela, mais alors l’histoire de l’humanité arrive à sa fin, c’est bientôt la fin du monde !", ce à quoi Saint Pio répondit : "Imbécile, l’humanité n’est pas encore arrivée aujourd’hui à la moitié de son parcours historique".

Nous avons le temps ! Mais nous aurons la Parousie, ça oui ; la conversion d’Israël, c’est certain ; un seul troupeau un seul Pasteur, c’est évident ; le Règne du Sacré Coeur, c’est sûr.

Mais sous quel mode ? Comment s’y préparer ? Comment anticiper ? Comment incarner ?

Voilà les questions sur lesquelles j’aurais beaucoup aimé vous parler, mais pour l’instant je n’ai fait que l’introduction.

Ne nous affolons pas, l’Anti-Christ n’est pas là, nous n’y sommes pas encore, mais par contre le shiqoutsim meshomem oui, il y est, je vais y venir.

Mais pour l’instant, je vous donne la base de la Sainte Ecriture et la traduction de mes amis du Centre d’Etudes Scientifiques et Historiques qui travaillent depuis quarante ans sur la Bible. Ecoutez bien la traduction qu’ils m’ont donnée sur les versets 26 et 27. Il y a évidemment quatre fois plus de mots, puisque nous passons du pluri-syllabique au mono-syllabique, par une méthode de translittération à partir du copte le plus ancien qui est le plus proche de l’hébreu de l’époque. Je vous la lis sans commentaires :

" A l’époque de la fin, la science s’imposera et l’emportera sur le spirituel en commençant par la méthode d’avortement [pour faire un clone humain, il faut d’abord faire un avortement, vous le savez. Excusez-moi, j’ai dit sans commentaires] ; touchant à la vie, ils atteindront l’âme au moment où elle est créée par Dieu. Le démon mènera le monde vers la corruption et la mort. Le démon rassemblera des individus grâce à son intelligence maligne et son esprit infidèle. A cette époque de la fin…" qui est notre époque présente, puisque je peux vous donner la date du shiqoutsim meshomem. Un des phénomènes de la désolation divine est de savoir que même les chrétiens les plus branchés ne savent pas que le shiqoutsim meshomem a été décidé officiellement par toute l’humanité le 8 mars 2005.

J’y reviendrai, mais continuons pour l’instant la traduction :

"Le démon rassemblera des individus grâce à son intelligence maligne et son esprit infidèle. A cette époque de la fin, l’homme de science créera des foetus avec des semences et des cellules congelées inanimées auxquelles il donnera vie ; mais comment pourra-t-il créer une âme ? Son savoir théorique ne pourra rivaliser avec l’Amour et la science de Dieu. Avant la fin des temps, le Malin, usurpateur de Dieu, travaillera à faire naître charnellement par suite de mutations scientifiques de semences et cellules fabriquées occupant le lieu de la féminité [l’ovule mère] et de l’innocence [l’ovule fécondé] pour la pire des abominations, négation du principe de la conception procréation désirée par Dieu, fabrication de copies à partir de particules congelées".

Nous avons la description exacte, datant de 3300 ans, du processus de la technique du clonage. Très impressionnant !

Sur le shiqoutsim meshomem, des discussions infinies se sont succédées, et certains ont même dit que c’était la suppression de la messe de Saint Pie V. Il faut faire très attention avec la bêtise humaine.

L’arbre de la connaissance du bien et du mal a été saccagé (péché originel) par ceux qui décidaient par autorité paternelle et maternelle de toute l’humanité. Le peuple de Dieu, les fils d’Abraham, ont décidé de tronçonner le Fils unique de Dieu sur l’arbre de la croix. Et notre humanité, dans son individualisme aveugle, décide de tronçonner l’arbre de la vie.

Tout à l’heure, nous avons fait tournoyer le Sacré Coeur sur le drapeau français. Le premier pays à avoir discuté et mis en place l’abomination de la désolation de manière officielle est la France. La loi a été votée le 6 août 2004. Voici le commentaire qu’en avait fait Jacques Chirac deux ans avant :
"Nous parlons d’instituer une inacceptable intrusion de l’humanité dans le sanctuaire [le Saint des Saints] de la vie réservé à Dieu seul pour y faire son opération propre"
».

 

NB : un ami étudiant l'hébreu biblique et moderne, m'indique qu'il y a plusieurs formes d'interprétations : « abomination de la désolation, horreurs, désolation, désordre (?) ; et parce que les deux termes sont associés le sens est tout autre, on peut dire aussi "horribles abominations" c'est un pluriel ! Donc je le traduirai par ce terme plus proche de l'hébreu ancien surtout à cause des lettres en préfixes et des mots pluri-syllabiques tirés de Dn 9,27 qui exprime désolation sur désolation au pluriel avec force de termes : "transgressions à l'ordre" (traduction personnelle, à cause de la structure des termes !).

Je pense que "transgressions à l'ordre" est plus juste que "abominations de la désolation"  ou "horribles abominations" ; mais cela dit la même chose. Surtout que le temps indiqué parait être celui de la mort du Christ et que nous serions dans ce temps de l'abomination !

Voici l'original hébreu du "shiqoutsim meshomem" : שקִוּצִים   משוּמם. Les voies de Dieu sont impénétrables...».

 

Notre Seigneur Jésus à JNSR au sujet des chimères (êtres issus du croisement entre l'homme et l'animal)

 

IMPORTANT DOCUMENT DE L'ACADEMIE PONTIFICALE POUR LA VIE

 

L'embryon humain dans la phase préimplantatoire

Aspects scientifiques et considérations bioéthiques

 

 

 

A VOIR ABSOLUMENT - L'INTENTION CACHEE DU PROJET DE LOI DU "MARIAGE POUR TOUS"

Cette loi dépasse, dans l'ordre du mal et du péché, tout ce qui a été possible à ce jour, mais étrangement, et sans doute par une disposition de Dieu, qui tient à la détermination du législateur à la vouloir, elle nous permet de démontrer l'intention de ses prédécesseurs et la sienne quant à la loi de bioéthique 2004-2011.

 

 

L'arbre de Vie ! L'homme de péché s'en est saisi !

 

Source : http://catholiquedu.free.fr/2014/ARBREdeVIEtextevideo.pdf

 

La Transgression suprême, réalité ou utopie ?

Vidéo

Producteur : Alliance Chrétienne Editeur : surleroc. org Septembre 2013

Texte de la première partie de la vidéo

Pierre : Chers amis, bonjour. Je vais vous présenter une vidéo qui sort de l’ordinaire, qui certes rappelle des sujets que nous avons déjà traités par des articles et par d’autres interventions. C’est une vidéo qui est dans l’actualité scientifique, morale et théologique. Comme vous le savez, ma mission est de vous informer en vérité, ce n’est pas de vous flatter, ce n’est pas de vous faire plaisir, ce n’est pas de vous rassurer, c’est d’être en vérité avec vous dans la présence de Dieu, avec Marie car si je ne suis pas avec Marie je suis perdu. Le sujet aujourd’hui est grave. Vous allez me dire : « Mais ce sujet est toujours grave ! » Oui, mais il est aujourd’hui particulièrement grave. Vous allez voir ce que l’on vous cache depuis vingt ans concernant les manipulations génétiques. Cette vidéo va se présenter en deux temps :

  1. Il va y avoir un court entretien avec mon invité, le père Patrick de Vergeron, spécialiste des problèmes bioéthiques, de morale, de métaphysique et de théologie,
  2. Et un film qui vous sera commenté (qui est sorti en 2010, qui est un film documentaire sur le plan scientifique avec des données tout à fait exactes et un peu de fiction) pour mieux vous faire comprendre la gravité du sujet. Le film, vous le verrez, vous manipule pour vous faire admettre l’inadmissible, l’indicible au-delà du mal et de la souffrance qu’un fils de Dieu peut ressentir face à ce qui va vous être révélé.

Vous savez que l’évolution biologique s’est faite en plusieurs temps. Il y a d’abord eu des hybrides (manipulations inter-animales puis manipulations entre l’homme et l’animal) puis le clonage reproductif vers l’objectif. Au sujet des manipulations des hybrides, ceux qui l’ont connu doivent le savoir : le père Edouard CASTAING, ancien supérieur du couvent des Capucins maintenant fermé à Perpignan, fut à deux reprises le confident de deux employés dans des centres hospitaliers particuliers, et ces deux personnes ont porté témoignage sur des manipulations génétiques, sur des tentatives de création d’hybrides entre la semence de l’homme et la semence de l’animal. Tentatives ‘‘réussies’’... : on en a fait des monstres. Ces données m’ayant été rapportées, j’ai demandé confirmation à des hauts représentants de la hiérarchie catholique à deux reprises, et ces représentants m’ont confirmé l’information comme quoi les hybrides, c’est-à-dire la greffe d’éléments humains avec l’animal, existent bel et bien.
Le but de cette vidéo, de mon intervention et de mon invité est de vous montrer ce qui est recherché derrière ces manipulations abominables. Nous sommes dans une phase critique, tant sur le plan sociétal que sur le plan spirituel. Nous sommes à une étape qui va donner la direction de ces vingt prochaines années. Cette direction spirituelle, morale, sociologique, suite à ce que vous allez découvrir, elle est dans vos mains. Qu’allez-vous décider pour vous- mêmes et pour nos enfants ?
Cette vidéo ne s’adresse ni aux responsables politiques ni aux responsables scientifiques qui sont acquis à la malice du péché, qui sont aux ordres de sociétés occultes profondément, résolument et objectivement antichrétiennes.
Nous ne vous parlerons pas des manifestations, des pétitions : c’est un leurre. Nous allons vous entretenir de faits probants qui existent depuis les années 70 et qu’on vous a cachés.
Vous allez la recevoir comme une vérité, au fond de votre cœur vous allez vous examiner et vous devrez répondre à cette question : est-ce de l’ordre du tolérable ?
Chers amis, sur cette interrogation, je vous laisse à ce que vous allez découvrir et à votre conscience. Mais personnellement, en prenant beaucoup de risques de crédibilité et peut-être d’autres risques, je vous aurai mis en présence de faits vrais. A vous maintenant d’en prendre toute la mesure et de prendre les décisions qui vous sembleront justes.
Où en sommes-nous actuellement, sur le plan théologique, de l’union de l’homme avec Dieu ? Est-t-elle en danger à cause de la science ?
Père Patrick : L’union de l’homme avec Dieu ne peut pas être en danger parce qu’elle est établie pour l’éternité dans l’incarnation du Christ. Jésus a établi comme un roc inébranlable l’union de Dieu et de l’humanité, et la science ne pourra jamais ébranler ce roc.
Cependant, vous me posez la question parce qu’effectivement, nous nous trouvons en ce moment dans une période extraordinairement passionnante et en même temps extraordinairement illuminante au sens où nous sentons la proximité de la présence de Dieu qui nous attend pour rejoindre justement cette unité entre l’humanité et la divinité dans le Christ, nous nous approchons, nous sommes vraiment au bord de cette ligne de démarcation par laquelle nous pouvons nous plonger à l’intérieur de l’union hypostatique du Christ ou au contraire nous rétracter dans le gouffre de l’Enfer.
Ce gouffre de l’Enfer est creusé par la science, c’est vrai. Ça choque, attention ! Encore avant- hier je me retrouvais avec un groupe d’agriculteurs et l’un me disait : « Je suis profondément athée, et d’ailleurs, dans l’histoire, qui a sauvé l’homme des maladies, qui nous a sauvé pour la (....) ? C’est la science, c’est la médecine qui nous sauve. », voilà le climat populaire que j’ai entendu il y a encore quelques jours, « et la religion ne nous a pas sauvés, Dieu ne nous a pas sauvés, il vaut mieux être athée, vivre sans Dieu et vivre avec la science ». Ce brave type le disait comme ça et les dix-douze autres qui étaient là avec lui tandis que nous prenions une petite collation n’étaient pas très loin de son opinion. La science joue effectivement un rôle extraordinairement important, elle est comme une espèce d’hypostase des sources de notre sécurité populaire, humaine, familiale, etc. Cette science a remplacé, pour ainsi dire, l’endroit d’où les prêtres, chaque dimanche, enseignaient le peuple de Dieu pour lui annoncer la vérité qui nourrissait chacun pour la semaine pour la transformation de sa vie. Désormais c’est la science, ce sont les films qui montrent précisément qu’avec son hypostase quasi divinisée par la population et l’idéologie d’aujourd’hui c’est la science qui a remplacé Dieu. Il faut faire très attention. Ma réponse à ce que disait cet homme a été : « La science n’a jamais sauvé personne, elle tue tout le monde ! » Et c’est comme si, en lui disant cela, j’avais fait le plus grand sacrilège, le plus grand blasphème qu’il ait jamais entendu de sa vie : j’avais remis en question l’infaillibilité de la science quant à ses résultats sur la vie humaine, quant à ses résultats sur la société, quant à ses résultats sur la paix et l’unité de notre humanité à l’intérieur de nous-mêmes, de notre connaissance de nous-mêmes, de notre vie familiale, et aussi de notre connaissance de notre principe, de notre origine, de notre accomplissement.
Pourquoi est-ce que vous me posez la question, Pierre ? C’est parce que nous nous trouvons à un moment clé, nous arrivons à une situation limite. Cette loi du 16 juillet 2013 en France constitutionnellement établie par le Conseil Constitutionnel le 1er août et promulguée comme loi le 6 août (1), nous établit dans une situation où on dit au fond que maintenant c’est la science qui doit s’autoréguler dans la recherche pour produire des embryons humains à la manière que la science veut, quitte d’ailleurs à faire des manipulations génétiques pour améliorer l’être humain qu’on va donner aux parents qui sont stériles ou aux ménages homosexuels nouvellement ‘mariés’ dans les gloires de la république. On va pouvoir créer des embryons asexués, homosexuels dès le départ, conditionnés dès le départ dans l’éprouvette. Les parents vont-ils savoir qu’on a manipulé ces embryons en PMA ? Nous n’en savons rien, personne ne pourra jamais le vérifier vu la nature des autorisations qui ont été votées et admises par la France. Qui dit par la France dit aussitôt par l’Europe, et qui dit par l’Europe dit aussitôt bien sûr par l’ensemble du monde entier.
Nous nous trouvons dans cette situation limite où nous pouvons dire que l’abomination de l’horreur s’est consommée jusqu’à son point de vue incarné et concret grâce à la France.
Tout ceci s’est fait au cours d’un long processus de conditionnement pendant lequel la science elle-même a évolué, a agrandi ses expertises, ses connaissances, son savoir-faire, comme je viens de l’entendre dans votre bouche.

Les hybrides produits par croisements entre un animal et un autre animal

En effet, au départ on a créé des êtres nouveaux, inconnus dans la nature, en faisant des croisements chromosomiques de certains animaux avec d’autres animaux pour voir ce que ça donnait dans les laboratoires comme productions animales nouvelles. On appelle ça des hybrides, c’est-à-dire des croisements entre une espèce animale et une autre. Par exemple, une espère animale peut avoir une très grande capacité à résister à un environnement aqueux, comme les poissons, les phoques, et on peut utiliser ces capacités chromosomiques extraordinaires pour les croiser avec les capacités chromosomiques d’un autre animal, supposons par exemple (je dis n’importe quoi :) un oiseau (pourquoi pas ?), et on va voir que ce nouvel être va pouvoir aussi bien vivre dans l’eau que voler dans l’air. On va donc faire des croisements, on va interférer des capacités, des richesses chromosomiques d’une espèce animale avec des capacités chromosomiques d’une autre espèce animale, on va prendre le génome d’un animal pour le faire croiser et l’enrichir de richesses chromosomiques de plusieurs autres espèces animales et on va regarder ce que ça donne. Cela s’est fait depuis les années 70 et même avant. Dans nos laboratoires, dans les laboratoires du monde, on a produit des produits vivants animaux qui sont monstrueux.
Mais les chercheurs disent que ce n’est pas monstrueux puisqu’il s’agit de produire quelque chose qui produit une réalité vivante biologique animale qui elle-même forcément produit par elle-même, pour survivre, des protéines, lesquelles protéines pourraient être mises sur le marché pour aider des hommes à avoir des capacités de résistance qui y correspondent, et donc que ce sont des recherches qui vont permettre à la science de donner à l’homme de devenir petit à petit un surhomme. C’est ce qui se produit en effet dans nos laboratoires.
Mais voilà ce qu’il y a de nouveau dans nos laboratoires et qui se réalise pendant qu’on discute avec beaucoup d’aisance dans les salons de bioéthique, dans les Semaines Sociales et dans les bureaux aussi bien du clergé que de la laïcité rampante (je suis très ému de voir qu’il y a quand même une réflexion de bioéthique mais quand on voit à quel niveau se situe la réflexion de bioéthique alors que nous sommes confrontés à la réalité, le réel des recherches scientifiques sur la biologie animale et humaine qui sont allées extrêmement loin dans le secret, dans l’occulte, dans nos laboratoires.) :
Les hybrides produits par croisement entre l’homme et l'animal
Depuis les années 70-80, des croisements se sont faits entre des génomes humains et des richesses chromosomiques animales pour voir ce que ça donne, pour voir si ça peut se développer jusqu’au stade blastocytaire, c’est-à-dire jusqu’au stade où l’embryon atteint une quarantaine de jours, quitte, dans certains laboratoires extrêmement cachés, à les faire naître pour voir comment se développent ces êtres qui sont des croisements entre l’homme et l’animal. Ces êtres obtenus par croisement entre l’homme et l’animal vont avoir dans la plupart des cas un visage humain mais avec des signes évidents qu’ils sont des hybrides parce qu’ils ne peuvent pas s’exprimer par le verbe, par la parole. Ils peuvent faire des associations qui donneraient l’impression qu’ils ont une intelligence comme la nôtre, mais le verbe, la parole ne s’exprime pas.
La création de l’homme par l’homme par la méthode du transfert nucléaire
Enfin, les lois auxquelles nous sommes confrontés et que nous devons digérer parce que nous sommes responsables du monde et de l’humanité tout entière devant Dieu, sont des lois qui aboutissent aujourd’hui à l’ouverture à la création non pas de monstres, d’hybrides, de croisements entre l’homme et l’animal, mais à des hommes qui sont créés par l’homme par la méthode du transfert nucléaire, c’est-à-dire qu’on met un germe originel d’un être humain dans un ovule féminin humain pour faire un jumeau humain de manière artificielle en l’enrichissant de divers patrimoines, de divers enrichissements génétiques. Il s’agit cette fois- ci de faire des croisements non pas entre l’homme et l’animal mais entre l’homme et l’homme.

Tout cela a des répercussions sur nous tous

Pourquoi est-il important de comprendre ce qui s’est passé dans nos laboratoires, ce qui a été créé, les milliers de croisements animaux et hommes qui ont déjà eu lieu ?
Vous pouvez m’interrompre quand vous voulez si je suis trop long.
Pendant trente ans ces recherches se sont développées presque librement, parce qu’un chercheur, personne ne peut aller voir ce qu’il fait, il peut immédiatement faire disparaître l’animal qu’il a produit. Les chercheurs sont couverts, ils ont des prérogatives. Maintenant nous savons que la loi les couvre à 100% donc ils sont protégés. Ils l’ont toujours été, maintenant ils le sont en vertu d’une loi qui a été votée.
Mais ce que les gens ne savent pas, ce que la population ne sait pas, c’est que ça a des répercussions dans notre cœur, dans nos entrailles. Ces angoisses qui sont en nous sont la répercussion. Si vous jetez une grande pierre dans l’eau, ça fait des remous et ça va profondément dans la terre, surtout si ça explose dans la boue, ça fait des remous à la surface et dans les profondeurs, ça trouble les eaux. C’est ce qui se passe depuis trente ans, on fait des monstruosités et ça produit à l’intérieur de nous une angoisse, une inquiétude, une peur pour nos enfants, un sentiment que Dieu nous a abandonnés, alors que ce n’est pas Dieu qui nous a abandonnés puisque c’est nous qui abandonnons Dieu.

Le clonage humain n'est pas une utopie

Il y a quelque chose que nous savons depuis très peu de temps, c’est que cette histoire de clonage humain n’est pas une utopie.
On nous a rappelé, répété, ridiculisés pendant des dizaines d’années : « Ne parlez pas du clonage, c’est une utopie ! Ne rentrez pas dans cette lutte contre un clonage qui n’existe pas, c’est une perte de temps, c’est une perte de force, c’est une perte d’énergie. Allez plutôt lutter contre la dignité de l’embryon, allez plutôt lutter contre les manipulations génétiques qui font qu’on va faire de l’eugénisme, allez mettre toutes vos forces dans ces préoccupations-là de l’Evangile de la vie, ne vous occupez pas de ce qu’on fait à la place de Dieu dans le Sanctuaire de Dieu pour créer des êtres d’une nature différente, pour faire un surhomme et aussi pour faire un clone, ne vous occupez pas de ça c’est une utopie ! »
« C’est une utopie ! », voilà ce qu’on va dire jusque dans les organes mêmes de Rome, à l’Académie Pontificale pour la Vie. Monseigneur Sgreccia, Monseigneur Jacques Suaudeau, les fondateurs de l’Académie Pontificale pour la Vie, ne cessent de dire : « Mais c’est une utopie, ne vous occupez pas de ça ! »
Sans parler de certains organes qui viennent de France, qui sont sensés être d’origine chrétienne, qui disent : « Ne parlons pas de ça, mettons surtout le couvercle sur cette question, c’est une perte de temps, prenons plutôt les subventions pour sauver les trisomiques ». Je suis tout à fait d’accord qu’il faut sauver les trisomiques, j’aime beaucoup les trisomiques, j’ai vécu avec des trisomiques, je les ai aimés plus que moi-même, ce n’est pas du tout que je méprise ce travail de charité, d’amour et de communion humaine avec ces enfants qui ont des richesses qui ne sont pas les nôtres. Cependant je ne veux pas abandonner Dieu pour autant, je ne veux pas abandonner cette proximité de Dieu avec nous pour autant.

Depuis janvier 2013

Depuis janvier 2013, donc depuis janvier de cette année où nous parlons ensemble, nous avons appris d’un seul coup qu’il fallait vingt ans pour que peut-être on puisse arriver un jour à faire un clone homme-homme. Depuis janvier 2013, un saut brutal s’est produit, on s’est rendu compte qu’on pouvait très bien faire un clone homme-homme assez facilement.
Ce qui se produisait avant, c’est qu’on prenait un génome, c’est-à-dire un germe originel humain, on le mettait dans un ovule (féminin) humain énucléé et on pensait pouvoir faire un jumeau cloné, comme la brebis Dolly mais humain. On pensait pouvoir y arriver mais on n’a jamais réussi à le faire. Pourquoi ? Parce qu’au plus tard à la cinquième mitose, tout s’arrêtait. Ce qui n’est jamais le cas pour des croisements entre l’homme et l’animal, et ce qui n’est jamais le cas pour des croisements entre l’animal et l’animal. Pour l’être humain, ça s’arrête. Nous savons bien, nous avons lu la Bible, que l’homme de science si divin qu’il soit n’est pas capable de créer une âme. Qui créera une âme ?
On a induit de là que le clonage humain était impossible à réaliser. « C’est une utopie, ne mettez pas toutes vos énergies là-dedans, vous allez devenir un petit peu cinglé ! » On va peut-être même vous dire : « Vous êtes cinglé ! » et vous risquez de terminer avec beaucoup de Zoloft, beaucoup de Prozac et beaucoup de légumisation. « Ne mettez pas vos mains là- dedans parce que sinon vous allez peut-être tomber dans un certain déséquilibre, une certaine déstabilisation », et pour cause !
En réalité, voilà ce qui s’est passé en janvier : en janvier on a découvert d’un seul coup qu’on pouvait faire un clone humain.
Un clone, je vous l’ai déjà dit, au bout de trente heures, dans sa première cellule, double son premier génome, fait deux cellules, double son patrimoine génétique, deuxième mitose : quatre cellules. A la troisième mitose, il y a huit cellules totipotentes qui ont le même patrimoine génétique. Si on prend à ce moment-là ce petit clone, ce petit enfant qui est déjà créé artificiellement comme clone, on peut avec une pipette (comme vous l’avez déjà vu dans des films) aller chercher un de ses noyaux génétiques pour développer ce noyau génétique comme on est capable de le faire sur un tissu utérin artificiel, on peut tirer cette lignée dans une direction donnée et faire à partir de ce génome un ovule qui aura le patrimoine génétique de ce noyau. Je ne suis pas allé interroger les chercheurs mais je suppose qu’il s’agit du génome d’une femme. Une fois que cet ovule est fait, les sept autres cellules qui ont été congelées en attendant sont décongelées, on prend le noyau d’une de ces sept cellules du clone décongelé et on l’implante dans cet ovule lui-même originé de ce clone, ovule dont on a bien sûr énucléé le patrimoine génétique.
De sorte que c’est un clonage qui se fait en trois étapes : clonage plus énucléation plus développement plus énucléation plus nouveau clonage plus développement.
Pour l’homme, si on fait ça, les chercheurs se sont rendu compte que ça marche et qu’on arrive à des stades où il continue à se développer : cet embryon cloné qui est un être humain, qui n’est pas un croisement avec l’animal, se développe librement en blastocyste et jusqu’aux stades ultérieurs du développement embryonnaire.

Les lois votées depuis janvier 2013

Nous savons donc depuis seulement janvier, à la grande surprise de toute la communauté scientifique, qu’il est possible de faire des clones homme-homme. Peut-être est-ce une explication à cette espèce de frénésie effroyable qui s’est produite depuis janvier pour faire des lois autorisant toutes les possibilités qui s’ouvrent à partir de là.
Le 11 février a été votée l’autorisation de créer des embryons en inhibant la partie sexuelle de leur développement pour qu’ils puissent s’adapter à des ‘mariages’ homosexuels, que les enfants soient aussi homosexuels que les parents, et ceci donné librement en PMA, en Procréation Médicalement Assistée. Ça veut dire que ça ne se limite pas à des zones cloîtrées et très séparées de chercheurs qui sont eux-mêmes sous très grande surveillance, à l’extérieur de toute information populaire et médiatique pour que personne n’en sache jamais rien. Non, désormais la loi de bioéthique fait passer librement de ces zones de recherches scientifiques cachées aux maternités où on produit librement dans des éprouvettes, avec le même type de matériel, des enfants pour des parents qui ne peuvent pas avoir d’enfant.
On a aussi fait cette loi du 6 août 2013, discutée le 28 mars et les 10 et 11 juillet, votée à l’Assemblée Nationale le 16 juillet (2) : elle enlève toute interdiction de la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires, donne l’autorisation et met une simple surveillance des chercheurs à partir d’une autre surveillance de chercheurs, ce qui est inouï. Même un ministre ne pourra pas arrêter une recherche monstrueuse de clonage monstrueux, la liberté est totale pour le chercheur.
Pierre : Père, un instant. A ce stade de votre intervention, il me vient une idée impressionnante. Sommes-nous en présence d’un dérèglement moral dans les scientifiques pour contenter la science ? Ou sommes-nous également en présence par le biais de la science de gens déterminés par leurs convictions anti-religieuses, anti-chrétiennes, à vouloir véritablement s’attaquer frontalement à Dieu par le moyen de la science. La question est simple : est-ce que la science dans ses dérives reste au prétexte de vouloir améliorer l’homme, ou est-ce que ça a véritablement échappé à son contrôle et est-ce qu’elle n’est plus qu’une exécutrice pour mener une guerre frontale avec Dieu dans Son acte pur ?
Père Patrick : C’est une question qui est intéressante, bien sûr, mais est-ce que nous pouvons y répondre par une autre question ?
Pierre : Il y a quand même une sorte d’évidence, c’est que nous sommes en présence d’une évolution juridique depuis l’autorisation de la loi Neuwirth (3), qui dans sa progression rend de plus en plus libre l’homme, dégage l’homme de barrières morales. Nous sommes stupéfaits de cette progression. Nous sommes passés très vite de la pilule avec des réserves à ce que l’enfant puisse utiliser la contraception sans demander l’autorisation parentale, l’infirmière du lycée se substituant aux parents, ce qui est absolument aberrant. Rien ne peut se substituer à des parents dignes et respectueux de la loi, c’est la loi morale. Ensuite, nous sommes passés à une libéralisation du divorce et nous avons vu la progression suivante : l’état s’est progressivement retiré de sa responsabilité pas seulement (...) mais morale au sens le plus naturel qui soit. Il s’est défaussé de ses responsabilités. On a assoupli le principe du divorce et on a touché au code de la famille, on l’a libéralisé. De là on est passé à l’IVG et on a pris toutes les précautions : « C’est pour éviter. » C’est pour éviter quoi ? La pilule qui devait éviter l’avortement a multiplié les avortements, et les avortements maintenant, malgré les réserves de la loi. nous le savons, un organisme tel que le Planning Familial s’arrange pour qu’on puisse avorter jusqu’au neuvième mois. Puis nous avons cette progression de lois jusqu’à aujourd’hui. Alors la question est : y a-t-il derrière cette loi, derrière l’évolution des savants, une intention autre que la science ?
Père Patrick : C’est très simple. Il y a derrière l’évolution morale du dérèglement de la sponsalité, c’est-à-dire de la fécondité humaine, par la loi Neuwirth, par l’avortement et tout ce que vous voulez, une vague extérieure, superficielle pour amuser la galerie. Parce qu’en réalité il y a en même temps une autre lame de fond, autrement plus grave, autrement plus importante : le choix que des hommes d’iniquité font et ont fait pour se dresser directement contre Dieu et contre cette unité de Dieu et de l’homme. La pilule, l’avortement, les manipulations embryonnaires, la bioéthique, ne sont rien à côté de cette décision lucide, claire, pensée, préparée, occulte, réalisée dans le fond des océans et de la boue de la méchanceté humaine au détriment des hommes de bonne volonté et du peuple des enfants de Dieu sur la terre.
Tous, nous avons été créés par Dieu, et il faut bien dire une chose, c’est qu’au-delà de toutes ses lois et de toutes ces évolutions immorales, il y a plus que la morale, il y a plus que la qualité des vertus humaines, il y a plus que la qualité d’une vie noble correspondant à la dignité de l’être humain, il y a l’invincible amour de la présence réelle et substantielle de Dieu en nous, et ça, c’est un point que les ‘‘Fraternelles’’ (si je puis dire, entre guillemets n’est-ce- pas ?) ont décidé de briser dans toute l’humanité et dans chaque conscience humaine.

La guerre meshomique

Pour cela, ils ont engagé la guerre que nous appellerons la guerre meshomique (meshom est un terme hébreu). Cette guerre meshomique permettra au terme d’aboutir à ce fait que tous les êtres humains, en pleine bonne conscience, vont se retrouver les ennemis de Dieu leur Père au cœur même de leur vie intime. Et cela par manipulations génétiques, par manipulations métapsychiques, par manipulations morphogénétiques, par manipulations collectives et enfin par manipulations infestatoires.

Le film Splice

Vous me direz : « Ça a l’air bien compliqué, ce que vous nous racontez là ». En tout cas, la réalité est devant nous. Vous avez fait allusion tout à fait au début au film qui s’appelle Splice. Il faut regarder ce film parce que ce film est un véritable documentaire sur les capacités scientifiques des réalisations qui se font. Ce n’est pas du tout un film de science fiction pour dans vingt ans, non, ce sont des choses qui se font dans nos laboratoires depuis les années 80. On voit dans ce film de manière très explicite, avec les explications techniques et scientifiques qui y correspondent et des écrans parfaitement clairs, ces productions et pourquoi on fait ces productions : pour une prétendue production de protéines, pour de prétendues raisons économiques, pour de prétendues raisons d’enrichissement de la santé humaine. En réalité, on s’aperçoit tout le long du film que l’intention profonde est une intention d’écarter la procréation naturelle humaine. L’homme et la femme qui forment le petit ménage sont chercheurs, ils produisent ces êtres de croisement animal et homme, ils ne veulent pas de la procréation naturelle humaine entre eux mais ils veulent bien produire les être artificiels qui sont des hybrides. Et le film aboutit à un véritable clone humain par une espèce de duplication de clonage à partir du clonage humain, à partir d’un être humain cloné dans une monstruosité animale, à partir de là la réapparition d’un nouveau génome permettra de faire un nouveau clonage et une nouvelle fécondation à l’intérieur de la chercheuse qui sera enceinte d’un véritable être humain produit non pas par procréation mais par méthode de clonage redupliqué trois fois. Ce film est absolument extraordinaire, je le recommande beaucoup à ceux qui veulent savoir ce qui se passe dans nos laboratoires depuis vingt ans, et à ceux qui pensent qu’il s’agit d’une utopie.

Quelles sont les conséquences pour nous ?

Voilà ce que nous avons à subir. Quand nous prions, quand nous aimons notre épouse si nous sommes mariés, quand nous aimons notre enfant, notre amour est entaché par cette tache. Un peu comme Adam et Eve ont vu leur amour entaché de cette tache originelle et par procréation ils ont engendré Caïn. Nous nous trouvons aujourd’hui dans une situation semblable, notre amour vis-à-vis de notre enfant, notre amour vis-à-vis de l’Eglise, notre amour vis-à-vis de Jésus, notre amour vis-à-vis de nous-même, est entaché par ce qui se produit ici, parce que nous sommes responsables, les êtres humains entre eux sont des vases communicants ; nous sommes responsables, nous sommes les petits rois fraternels de l’univers, nous portons devant Dieu la responsabilité des autres et il y a cette tache profonde qui nuit à nos rapports entre nous et notre prochain, qui nuit à nos rapports entre nous et l’unité avec notre Papa, notre Créateur. Cette nuisance provoque, j’espère que certains d’entre vous ont déjà expérimenté ça au fond de leur âme, une angoisse qui pour eux est inexplicable,
une peur d’avancer, une peur de regarder, une peur de prendre ses responsabilités, une peur de demander pardon au Père, une peur d’aller au-delà, une peur aussi pour participer à être les instruments de la destruction de l’opacité invincible de cette croûte énorme de manipulations collectives qui s’opèrent sur l’ensemble des innocents de notre humanité à partir de cette horrible intention qui est la leur.

Quelle est l'intention ?

Cette horrible intention qui est la leur consiste à dire qu’il faut que l’humanité puisse de dresser contre Dieu, il ne faut pas que ce soit seulement collectif, il faut que ce soit librement, sciemment, exprimé en paroles et en conscience par le cœur de chacun. Pour y arriver, il faut aussi arriver à faire admettre l’abomination de la désolation. C’est ce qui s’est passé pour la France, parce qu’il ne faut pas oublier que quand le Sénat a voté le 4 décembre 2012 la loi qui est passée au mois de juillet 2013 à l’Assemblée Nationale, c’est la totalité des élus du Sénat qui a voté pour cette modification de la loi, tout en sachant (ou ne sachant pas, je n’en sais rien) qu’on pouvait donc produire dans les éprouvettes des embryons humains en qui on modifiait la sexualité pour les donner ensuite en PMA à des familles qui n’avaient pas d’enfants et aussi pour permettre la production de clones humains et le développement de ces lignées embryonnaires qui y correspondent. Là, l’unanimité des élus du Sénat a dit : « Nous sommes d’accord », c’est impensable !
Il a alors fallu qu’il y ait quand même quelques hommes, je pense à des amis de Vigilance Clonage, qui ont dit : « Il faut absolument que pour la session parlementaire les élus soient avertis de ce que sous-tend la modification de loi qu’ils sont appelés à voter, et il faut leur dire : « Normalement, si nous sommes dans de bonnes prévisions naturelles, au prochain procès de Nuremberg, vous, Messieurs les députés qui avez voté cette modification de la loi, vous serez au banc des accusés, vous serez honnis, rejetés, vomis comme des chiens par l’humanité tout entière devant des tribunaux universels, parce que c’est vous qui avez laissé passer cette loi. » Nous avons prévenu certains députés de cette manière, et du coup 222 députés ont dit : « Je préfère ne pas voter pour ! » C’était mieux que l’unanimité, mais ce n’est pas suffisant. Quand une loi est votée, c’est la collectivité tout entière qui doit acquiescer.

Qui a demandé pardon au Père ? Qui a pris ses responsabilités ?

Et quel est le prêtre dans sa paroisse, quel est l’évêque dans son diocèse, quel est le père de famille dans sa maison, qui a dit : « Mes enfants, mettons-nous à genoux, mettons-nous debout, et devant cette horreur, demandons pardon au Bon Dieu, pardon à notre Père pour cette horreur que nous faisons directement en Lui contre Lui pour abominer Sa présence créatrice au-dedans de nous » ? Qui a demandé pardon ? Qui a pris ses responsabilités ne serait-ce que surnaturelles, théologales, spirituelles, chrétiennes dans le fruit des sacrements à la communion eucharistique ? Qui l’a fait ?
Personne ne le fait, parce que : « Ah, ces choses-là me mettent dans l’angoisse ! », « Oh, ces choses-là me mettent mal à l’aise ! », « Je ne veux surtout pas voir ça, je préfère regarder le film à la télé », « Je préfère aller m’occuper d’une pétition pour l’Europe », « Je préfère me donner bonne conscience en pensant à autre chose : ce n’est pas bien, la pilule ! », « Je préfère m’occuper de choses qui sont drôlement bien, vous savez »... et du coup je vais laisser de côté la préoccupation de cette union entre Dieu et l’homme, et je rentre dans le grand torrent de la manipulation collective qui se dresse contre la Paternité de Dieu en nous. En faisant cela, si je me dresse contre l’unité entre l’homme et Dieu, je me dresse contre l’unité de
l’homme et Dieu qui est Jésus le Christ Notre-Seigneur et je deviens l’anti-Christ avec tous les anti-Christ.
Voilà le message de cet été 2013.

La Très Sainte Vierge Marie a dit à Bernadette : « Je suis l'Immaculée Conception »

Pour nous prévenir, d’ailleurs. Monsieur Aubrit Saint Pol, vous n’êtes pas sans ignorer que tout se joue sur la conception de l’homme par Dieu. Et quelle est la conception de l’homme par Dieu par excellence ? Celle de Jésus. Et de la créature humaine par excellence ? L’Immaculée Conception. En 1858, en France, la Vierge Marie est apparue dans une grotte à Bernadette, elle a dit : « Je suis l’Immaculée Conception », elle a attiré l’attention de l’humanité tout entière (du monde entier on vient dans cette grotte) pour dire que ce qui compte, c’est la conception où Dieu est présent et réalise le partage de Sa vie divine en plénitude de grâce, de vie divine partagée et en plénitude reçue. C’est dans ce nid qu’il faut pénétrer pour voir ce qui va advenir dans les 153 ans qui viennent. C’est pour ça que les apparitions de Lourdes ont duré 153 jours.

Le secret de Lourdes

Mais ce qu’on ne sait pas, ce que le père Laurentin nous explique, puisqu’il est un grand spécialiste des apparitions de Lourdes, c’est qu’à quatre reprises, la petite Bernadette se lève sur le lieu de l’apparition et au lieu de partir, va vers le fond de la grotte, et là elle va connaître à quatre reprises un dialogue personnel avec la Sainte Vierge, la Vierge Marie. J’ai parlé de ça très longuement avec le père Doze, nous l’avons beaucoup étudié. Le père Doze était chapelain de Lourdes, il s’était passionné pour ce qu’on appelle le secret de Lourdes. La Vierge Marie, du trou qui était là-haut, se retrouvait en face d’elle en bas et parlait à cette petite que l’Eglise a canonisée et a confirmée puisqu’elle a proclamé le dogme de l’Immaculée Conception quatre ans avant (4), ou trois ans et demi avant : mille deux cent quatre- vingt-dix jours plus tôt, j’espère que je ne me trompe pas. Une chose est sûre, c’est qu’il y a eu un dialogue. Et nous savons depuis assez peu de temps, puisque c’est en 1998 que le père Lagrande s’est vu confier à Rome une lettre que Sainte Bernadette avait envoyé en 1879 au pape Léon XIII pour lui soumettre les messages de la Mère de Dieu (elle a écrit cette lettre au pape juste avant sa mort), ce que la Sainte Vierge lui a expliqué sur des choses qui doivent se passer après l’an 2000. Je vous lis ce qu’elle dit, entre autres car il y a beaucoup de choses que le père Lagrande nous a indiquées :
« Sa Sainteté, la Sainte Vierge m’a dit qu’avec la fin du 20e siècle arrivera aussi la fin de l’ère des sciences. Une nouvelle ère de la foi commencera sur toute la Terre. La preuve sera faite que c’est Dieu qui créa le monde et l’homme. Ce sera le début de la fin de la science en laquelle les hommes ne croiront plus. Des millions d’humains se tourneront de nouveau vers le Christ et la puissance de l’Église sera plus grande que jamais. La raison pour beaucoup d’hommes de se détourner des scientifiques sera l’attitude hautaine des docteurs travaillant à la réalisation d’une créature issue d'un croisement entre l’homme et l’animal. Les hommes ressentiront au plus profond de leur cœur que c’est là une chose injustifiable. Dans un premier temps, on ne saura contrecarrer la création de ces monstres, mais les scientifiques seront finalement chassés comme on chasse une horde de loups » (5).

Ces paroles de la Vierge qui indiquent qu’après l’an 2000 on va finir par réaliser ces croisements entre l’homme et l’animal sont quand même connues depuis déjà longtemps. Depuis 1999, nous le voyons apparaître. Pour ceux qui veulent en avoir quelques références, ces extraits ont été publiés dans une revue allemande qui s’appelle Der schwartze Brief, n°45/98 du 4 novembre 1998, et un document de langue anglaise Weekly World News de 1999 donne aussi ces textes devenus officiels grâce à ce glorieux père Lagrande et qui dévoilent quelques petits éléments de ce qu’on appelle le secret de Lourdes.
Le secret de Lourdes ne se résume pas à cela, évidemment, il y a beaucoup d’autres choses. Je me rappelle qu’avec le père Doze nous parlions de choses merveilleuses sur le secret de Lourdes dont la Vierge conférait avec Bernadette. Par exemple, la Vierge lui disait : « Je viens vous visiter ici et j’ai exactement le même âge que vous », elle vouvoyait Bernadette,
« Je viens vous visiter pour dire : « Je suis l’Immaculée Conception » à l’âge que j’avais au jour de mon mariage avec saint Joseph. Je viens à vous alors que je viens de me marier avec saint Joseph. Ce mariage avec saint Joseph fait qu’il a pris en lui dans toute la liberté de son unité sponsale avec moi dans son mariage tout ce que je suis dans la plénitude de grâce de mon Immaculée Conception quand Dieu m’a créée neuf mois avant ma naissance. Il a saisi, vu, contemplé, il s’est englouti, il est allé dans l’au-delà de l’unité des deux à partir de mon Immaculée Conception en lui. » Voilà ce qu’elle lui a expliqué. Elle lui a expliqué la manière dont saint Joseph est rentré à travers le mariage, mystiquement, dans ce que Dieu faisait dans le Monde Nouveau à partir de son Immaculée Conception. C’est cela, le principal du secret de Bernadette de Lourdes. Ce principal touche à la manière dont je vais retrouver dans la conception de ma vie, quand Dieu m’a créé neuf mois avant ma naissance, lorsque je vais le retrouver à la manière de Saint Joseph dans un mariage spirituel surnaturel parfait dans le fruit des sacrements, je vais retrouver cette recréation d’une liberté pacifique totale souveraine sans (...) dans la grâce des sacrements pour écarter le meshom, c’est-à-dire l’abomination, la désolation métaphysique que ces hommes d’horreur ont voulu imposer à tous les hommes du monde.

Revenons au film Splice

Il y a donc ce film qui est apparu. Je souhaiterais beaucoup qu’un nombre immense de personnes visionnent ce film ou au moins quelques extraits pour se documenter et voir ce qui se fait depuis une trentaine d’années dans nos laboratoires, voir ce que ces apprentis-sorciers s’autorisent, avec bien sûr des couvertures financières initiatiques ou politiques, pour fabriquer des êtres nouveaux, pour faire des croisements entre l’homme et l’animal, et enfin, à partir de 2013, pour s’engager à la vitesse de l’éclair, d’une manière hystérique et foudroyante, vers les lignages de clones humains.

Que pouvons-nous faire ?

C’est la grande nouvelle de l’an 2013 qui marque certainement pour nous le moment où nous devons nous dégager de tous nos engagements périphériques sur le plan éthique pour nous engager directement dans la révélation de ce que le Mal a fait de plus horrible dans toute l’histoire des hommes avec l’abomination de Dieu lorsqu’Il se rend présent directement, désarmé, sans aucun voile entre nous et Lui dans le Saint des Saints où Il nous crée dans le nid de la conception de l’homme dans le sein de la femme. Cette histoire de clonage a une
« En 1999 l’excellent bulletin La Simandre, de M. l’abbé Lecareux a publié des passages d’une lettre de Sainte Bernadette au pape Léon XIII, de 1879, retrouvée à la bibliothèque vaticane par le père Antoine Lagrande. Cette lettre contenait 5 prophéties dont 4 sont déjà réalisées. »
importance extraordinairement grande parce qu’elle marque le début de la conception d’une liberté accomplie de l’humanité accomplie en Dieu.
L’heure est arrivée pour les enfants de Dieu de quitter les combats latéraux, de quitter les combats secondaires, vains, qui sont d’une vanité totale (pour des histoires d’argent, de reconnaissance ou de tranquillité intérieure) pour rentrer dans la création d’une humanité d’une liberté totale où Jésus, le Père et l’Esprit Saint avec l’Immaculée Conception et le fruit des sacrements vont pouvoir permettre à cette liberté de l’humanité d’être tout à fait elle- même dans son union avec la vie divine de la grâce et aussi l’intimité parfaite avec la cinquième demeure de l’union transformante proposée par l’Eglise catholique depuis vingt siècles. L’heure de l’Eglise est arrivée, l’heure du Christ est arrivée, et c’est ça la bonne nouvelle pour moi. La bonne nouvelle est quelque chose de magnifique.
Regardez ce film qui s’appelle Splice pour voir, en même temps, la manipulation dans laquelle ce film entend faire rentrer l’ensemble de ses spectateurs, en disant : « On fait quelque chose qui est horrible, n’est-ce pas ? Ces productions animales sont monstrueuses. Regardez, ce sont des apprentis-sorciers, ils sont fous, il faut absolument arrêter ça ! » et puis à la fin du film on dit : « Finalement, on aboutit quand même à quelque chose de beau, de grand, de respectable, de secret, de magnifique ». La fin du film montre qu’il y a un clone humain créé en dehors de toute procréation humaine. Et les dernières images du film sont une espèce de regard sur l’horizon, un regard de respect, un regard de dignité, un regard de peine de ce qui s’est passé auparavant mais aussi un regard d’espérance, un regard de joie, un regard d’honneur : « Oui, là on aboutit quand même à quelque chose qui est grand, cet enfant qui est là vient de nous, il ne vient pas de Dieu ».
La structure du film est extraordinaire parce qu’elle suit le fil de la manipulation dans laquelle nous avons été engendrés depuis vingt ans. Nous avons suivi ce fil, nous nous sommes laissés manipuler. Ce n’est pas de notre faute mais c’est honteux d’avoir réussi se laisser manipuler comme ça !
Une chose est sûre : comme je vous l’ai expliqué tout à l’heure, pour pouvoir créer un clone humain, on va s’introduire à l’intérieur du nid du Saint des Saints où Dieu apparaît pour nous créer. C’est le seul instant et le seul lieu où Dieu apparaît personnellement, directement dans notre monde, au milieu de nous, pour créer, et c’est là qu’on s’introduit pour créer un clone. De ce clone, on va créer des conditions d’un nid nouveau cloné, dans lequel nid nouveau cloné on va faire un deuxième clonage pour créer effectivement (à partir peut-être même d’un monstre homme-animal) un homme complet, lequel pourra parler.
C’est le grand fil du film, puisqu’on s’aperçoit qu’on passe par la première étape, celle des années 70 : création d’hybrides animal-animal ; deuxième étape, les années 90 : création d’hybrides homme-animal (vers les années 97-98, même peut-être avant) et maintenant création de clones humains : 2013.
Cela nous laisse évidemment un peu désarmés.

Rentrons dans l'union transformante substantiellement avec la Sainte Famille

Mais nous savons que Marie est venue sur la terre de France nous dire : « Je suis l’Immaculée Conception ». Elle a dit aussi à Bernadette : « Regardez saint Joseph, en m’épousant, nous avons fait naître le Monde Nouveau du Christ sur la terre sans l’intervention d’une procréation humaine conjugale », c’est la réponse de Dieu à l’abomination de l’Anti-Christ d’aujourd’hui, « Regardez ce que nous avons fait, faites de même, rentrez dans l’union transformante substantiellement ». Les sacrements sont des transsubstantiations (nous recevons substantiellement la présence physique, corporelle, humaine et divine du Christ en nous) et transforment de l’intérieur. C’est beaucoup mieux qu’une interférence chromosomique pour enrichir mon patrimoine génétique chromosomique originel. Soyons donc les êtres nouveaux du Monde Nouveau du Christ Nouveau sur la terre.
« Regardez ce que saint Joseph a fait ». Le père Doze qui était chapelain de Lourdes me disait : « Le secret à Lourdes, c’est que la Vierge Marie a enseigné à Bernadette comment faire pour prier avec l’Eucharistie, comment faire pour prier avec le Saint Père, comment faire pour prier à la manière de l’Immaculée Conception, avec elle, en elle, comme elle et identifiée à elle, comment faire pour faire cela à la manière de saint Joseph ». Ces quatre choses sont déjà enseignées par sainte Thérèse d’Avila. Voilà comment la Vierge a expliqué à Notre- Dame de Lourdes qu’il fallait prier.
Pendant vingt ans Bernadette a fait cela. Vous savez que pour que l’ensemble des cellules de notre corps, animée chacune par la mémoire de Dieu de la création dans le génome, se renouvelle entièrement, il faut dix ans. Le poids cellulaire se renouvelle entièrement tous les dix ans. Donc purification pendant dix ans, et les dix années suivantes c’est la sanctification, la divinisation. C’est ce qui s’est passé pour Bernadette. Lorsqu’elle est entrée dans sa dormition, c’est-à-dire lorsqu’elle a expiré (si je puis dire), on l’a déposée dans un cercueil et on a déposé le cercueil dans la terre où on l’a laissé des dizaines d’années. J’ai reçu un témoignage personnel : un jour je reviens de Lourdes en voiture et j’avais dans ma voiture le fils ou le petit fils (je ne me rappelle plus) du médecin qui avait été chargé, lorsqu’on a réouvert le cercueil de sainte Bernadette, d’enlever son cœur. Comme tout le monde le sait, lorsqu’on a réouvert le cercueil, on a constaté que le corps de sainte Bernadette est resté incorrompu. Il y a ddes milliers de chrétiens dont le corps est resté incorrompu après la mort, ce n’est pas du tout une exception, mais ce qui est exceptionnel, ce qui est unique dans l’histoire de l’humanité chrétienne, c’est que le corps de sainte Bernadette est resté souple, vivant comme s’il dormait. Et cette espèce de bécasse de médecin, sous prétexte d’enlever le cœur pour le mettre je ne sais où, a pris son scalpel quand même, il a ouvert, et le sang qui était encore vivant a éclaboussé toute la pièce. Ce que je vous dis là est authentique, historique. Evidemment, maintenant le corps vidé de son sang est tel que vous le voyez à Nevers, il n’a plus cette souplesse et cette vivacité. Il aurait suffit simplement du souffle de Dieu pour, sans aucun changement cellulaire de son corps biologique, la ressusciter d’entre les morts. C’est la seule fois dans l’histoire de l’Eglise où on a vu un corps humain mort incorrompu et encore vivant sans son âme.
Nous avons ici un signe très fort que le Monde Nouveau qui vient nous fera passer au-delà de tous les inconvénients et de toutes les apparences de la mort qu’on voudra nous imposer.
Nous traverserons victorieusement toutes les ténèbres qui vont être imposées à l’humanité, tous les meshoms, toutes les désolations métaphysiques mais aussi nous allons traverser l’angoisse de la mort dans une paisible, vivante, amoureuse et lumineuse espérance, et une force invincible contre Lucifer.
J’aime beaucoup (mais le mot ne convient pas) que ce signe de Bernadette incorruptible encore vivante dans son corps alors que son âme n’était plus en elle ait été cisaillé par un médecin. C’est la médecine, la science, même celle qui est animée par les meilleurs sentiments dans le monde d’aujourd’hui, qui met le scalpel dans le signe de Dieu dans l’homme. Je ne dois plus chercher la thérapeutique pour elle-même, je ne dois plus chercher la médecine pour elle-même, je ne dois plus chercher la science pour elle-même. La science, la médecine, la thérapeutique se dressent vraiment contre ma santé, contre ma vie, contre ma mort, contre mon union avec Dieu. Je le comprends avec l’Immaculée Conception. Est-ce que l’Immaculée Conception dans son unité sponsale, la surabondance de l’au-delà de son unité dans le mariage surnaturel lorsqu’elle était assumée en Dieu, est-ce qu’elle avait besoin de se faire enlever un sein parce qu’elle aurait pu avoir un cancer ? Il y a un problème, évidemment, pour ceux qui pensent encore comme ça.

Une intention ordonnée

Pierre : Nous allons passer à la seconde partie, au commentaire du film. Ce qu’il y a de très prenant dans votre exposé, du moins pour moi, c’est que je ressens bien que derrière tout ça, à l’origine, il y a bien une intention ordonnée qui demande la complicité de l’homme avec les forces du mal, qui demande que l’homme ou que certains hommes acceptent à un moment donné d’être la cheville ouvrière des enfers pour lutter contre Dieu, parce que le rêve absolu de Lucifer est de Le singer, de toujours prendre Sa place, donc de s’accaparer tout ce qu’il peut pour être honoré en tant que Dieu à la place de Dieu, et il y a des hommes assez orgueilleux pour en devenir les collaborateurs objectivement. On peut donc dire que c’est bien une intention ordonnée qui est la source de la situation de délabrement moral dans laquelle se trouvent la science et l’humanité en général, à son insu, par son inconnaissance et parce qu’elle ne veut peut-être pas toujours savoir.
Père Patrick : Il y a une intention ordonnée, c’est évident. Mais vous savez, à partir du moment où le serpent a expliqué à Eve, la première femme, l’humanité première, et à Adam que s’ils se dégageaient de l’union avec Dieu, ils pourraient avoir de nouvelles liberté et qu’ils y trouveraient une certaine fierté, on n’a pas eu besoin d’une intention ordonnée. Il a livré ainsi Adam et Eve à eux-mêmes et ils ont fait ce qu’ils ont voulu. Je crois que c’est ce qui se produit. L’intention ordonnée, c’est quoi ? C’est insuffler à la plus grande partie de notre humanité et en particulier à l’unanimité des dirigeants du monde qu’on va vivre sans Dieu et conformément aux indications du serpent, et que ce faisant on pourra aboutir à un pouvoir omnipotent sur toutes choses. En donnant cette tentation, disons, cette inspiration, ou cette parole, le démon, Satan, comme dit le pape François, c’est le démon qui est à l’origine de ça, laisse cette humanité et en particulier l’unanimité de ses dirigeants à eux-mêmes, et du coup ils vont, chercheurs compris, directement vers l’abominable. On n’a pas besoin de les manipuler pour ça, ils y vont directement comme dans un gouffre. C’est ce qui s’est passé.

Il faut que l'Ecriture s'accomplisse

Par contre je crois qu’il faut dire aussi une chose. Qui dirige l’humanité ? Qui en a la charge ? Qui est le papa et la maman de l’humanité tout entière ? Qui est le Roi ? Qui est le Messie de l’humanité tout entière ? Mais c’est l’Eglise, c’est le Corps mystique de Jésus sur la terre, le Pape, le Saint-Père, les prêtres, l’ensemble de l’Eglise. Et c’est là où nous sommes stupéfaits. Nous constatons que face à cet abîme d’abomination, l’Eglise se trouve comme paralysée. On ne voit pas le Pape dire : « Le clonage est l’abomination par excellence pour telle et telle raison » ; « L’âme est créée par Dieu à l’apparition du génome », le pape Jean-Paul II l’a dit mais ça n’est jamais répété. Il y a comme une paralysie générale, comme si le Saint-Esprit voulait suspendre l’humanité à sa responsabilité ultime dans une espèce de gel, dans une espèce d’inhibition, dans une espèce d’impossibilité ou de conviction que ce n’est pas maintenant qu’il faut réagir : « Pas maintenant ! »
Pourquoi cela ? Ce n’est pas un mystère, c’est parce qu’il faut que l’Ecriture s’accomplisse. Il faut que l’humanité aille jusqu’au bout de la Transgression ultime qui est inscrite, marquée dans les Saintes Ecritures. Il faut que le Corps mystique du Christ sur la terre traverse cette Abomination suprême pour être tout à fait elle-même dans le Monde Nouveau du cinquième sceau de l’Apocalypse. Il faut que l’Eglise arrive, comme disait Marthe Robin, à son heure, à
l’heure où elle doit sauver le monde, de manière vraiment explicite. Elle le commence déjà maintenant en prenant conscience, en se préparant, comme la Sainte Vierge Marie et saint Joseph pendant son enfance.

Saint Joseph

C’est pour ça que le pape François a mis dans ses armes le fruit du nard, comme Jean-Paul II avait mis la Croix glorieuse avec Marie. La Croix glorieuse, c’est-à-dire la descente de Jésus dans les lieux inférieurs de la mort. Le pape François met le fruit du nard. Vous savez ce qu’est le fruit du nard ? Ça ressemble à une grappe de raisins mais ce n’est pas une grappe de raisins. Dans les traditions catholiques de langue espagnole, on vénère saint Joseph lorsqu’il est enfant, il a dans sa main le fruit du nard. Le nard est ce parfum qui va être répandu sur Jésus, sur l’Agneau immolé, pendant le grand Sabbat du Saint Sépulcre. Et saint Joseph vit déjà alors qu’il est enfant de parfumer déjà dans sa vie d’enfant, bien avant l’existence de l’Immaculée Conception, par révélation, par prédestination (là je crois qu’on peut le dire) de la présence de l’union hypostatique déchirée de Jésus crucifié en lui, il répand le nard. « Cette humanité-là le répand sur moi en raison de ma sépulture » dit Jésus à Judas (Jn 12,7). C’est à Judas que Jésus dit ça. Et qui a répandu le nard ? C’est Joseph dans son enfance. Voilà ce que le Pape a mis sur ses armes, et il a indiqué ainsi qu’il connaissait parfaitement le secret de Lourdes.
Nous devons nous rapprocher de la Paternité incarnée de manière sensible, brûlante, infaillible, irrésistible de Dieu, et c’est cette espèce d’apparition pour nous de la Sainte Famille dans l’union transformante, c’est-à-dire dans l’oraison où il y a une transformation, la mise en place du corps spirituel venu d’en-haut dans notre corps originel, et cette disponibilité pour dire oui. Saint Joseph a dit oui, du coup Marie a dit oui, et puisque Marie a dit oui, Jésus quand Il est apparu neuf mois avant Noël a dit oui aussi. Voilà ce que dit l’épître aux Hébreux.
Pierre : Nous allons donc arrêter pour cette première partie afin de pouvoir commenter le film. Comme vous le voyez, chers amis, pour conclure, vous êtes seuls devant votre conscience. Vous avez les grâces du baptême, il suffit de vous jeter aux pieds de Jésus, de demander pardon et vous obtiendrez les grâces nécessaires à la résistance. Mais aujourd’hui, quand vous venez d’entendre cette première partie, vous comprenez à quel point vous êtes seuls devant l’usage de votre liberté. Qu’allez-vous proposer à vos enfants ?

Commentaire de la première partie de la vidéo par Vigilance Clonage

vigilance clonage 03/10/2013

Merci pour cette vidéo inédite et très éclairante sur les sous jacents de notre civilisation et communauté humaine depuis 20 ans et qui trouve son aboutissement concret depuis 2013.
Magnifique croisement avec les secrets de Lourdes et révélations du ciel sur la conception humaine Immaculée que l'Eglise des croyants peut assumer par les grâces surabondantes proposée à notre humanité confrontée à une iniquité qu'il convient non seulement de démasquer mais aussi de vaincre.
Merveilleuse implication de St Joseph dans l'accomplissement de l'Immaculée
Conception, reliable au blason de notre pape François : en ce qui concerne le fruit y figurant il s'agit du Nard, qui est référé de la même façon que la myrrhe au st sépulcre (c'est ce parfum qui sera versé par Madeleine sur les pieds de Jésus) ...
Splice décrypté : un matériau indispensable pour la réflexion et la compréhension du bouleversement de la Création et de l'atteinte faite à l'auteur de la Création.
Cette vidéo est très riche je me permets d'en proposer un "sommaire" :
Introduction par Pierre-Charles Aubrit St Pol
7è mn : quel lien entre l'union de l'homme (avec Dieu), la procréation humaine y a t il AVEC l'évolution de la science (biogénétique) moderne ?
20è mn : la prétention et la réalisation aboutie du clonage humain (légal) n'est pas une utopie (explication des résultats atteints depuis janvier 2013 : 25è mn)
29è mn : l'extension à la PMA possible depuis juillet août 2013 : liberté totale au chercheur français pour le développement de création artificielle humaine par clonage
34è mn : à travers la "liberté de la Science" : la guerre meshomique, vague de fond de l'INIQUITE substantielle décidée intentionnellement et à l'insu de tous ("plus que la morale , c'est l'invincible Amour de la Présence Substantielle de Dieu en nous qui est brisée")
36è mn : le film Splice nous donne une explication de ce qui se passe vraiment depuis 20ans jusqu'a nos jours
45è mn : le secret de Marie (Immaculée Conception) à Bernadette à Lourdes
52è mn : 2013 est un nœud substantiel, il est urgent de sortir des manipulations et du silence dont nous sommes victimes depuis 20 ans
60è mn : retour sur Lourdes et sur le rôle de st joseph qui n'est pas absent des conception(s) immaculée(s) de Marie et de Jésus, fruit de l'ensevelissement de Jésus au tombeau et de Son Cœur ouvert. Son implication pour nous : une ouverture impérative, en réponse à l'Abomination, à entrer dans l'Union Transformante
67è mn : l'intention désordonnée du Serpent "soyons des êtres nouveaux " omnipotents sur toute chose
69è mn : l'Eglise n'a pas parlé, quelle est sa place ? Il fallait que l'Ecriture s'accomplisse (5è sceau de l'Apocalypse)
72è mn : le nard (Myrrhe) et l'icone de St Joseph et armes du pape François : symboles de l'ensevelissement du Corps (humain et divin mais aussi) Mystique du Christ (Marthe Robin)  le grand Sabbah du St Sépulcre
75è mn : 2ème partie = film Splice commenté (extraits sur 30 mn)
111èmn : appel de Pierre-Charles Aubrit St Pol à la conscience de chacun et aux religieux


(1) : La nouvelle loi a pour objet de réécrire l’article L. 2151-5 du Code de la santé publique afin de substituer au régime actuel d’interdiction assorti de dérogations, un régime d’autorisation encadrée de la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires : Loi n° 2013-715 du 6 août 2013 tendant à modifier la loi n° 2011­814 du 7 juillet 2011 relative à la bioéthique en autorisant sous certaines conditions la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires

(2) : La nouvelle loi a pour objet de réécrire l’article L. 2151-5 du Code de la santé publique afin de substituer au régime actuel d’interdiction assorti de dérogations, un régime d’autorisation encadrée de la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires : Loi n° 2013-715 du 6 août 2013 tendant à modifier la loi n° 2011­814 du 7 juillet 2011 relative à la bioéthique en autorisant sous certaines conditions la recherche sur l'embryon et les cellules souches embryonnaires

(3) : La loi n° 67-1176 dite loi Neuwirth, adoptée par l’Assemblée Nationale le 19 décembre 1967, promulguée le 28 décembre 1967, relative à la régulation des naissances, abroge la loi du 31 juillet 1920 qui interdisait toute contraception.

(4) : Le dogme de l’Immaculée Conception a été proclamé le 8 décembre 1854, par le pape Pie IX.

(5) : http://lesalonbeige.blogs.com/my weblog/2006/10/nouvelles crati.html

 

 

 

M ET LE 3EME SECRET ITW RADIO P.PATRICK - PIERRE BARNERIAS - ALEXANDRA HENRION

La généticienne, le moine et le journaliste viennent conforter le travail du site Vigilance Clonage International ainsi que les travaux du Père Patrick qui depuis 20 ans alerte l'opinion publique et religieuse sur la dévastation métaphysique que constitue le clonage humain. Le secret de Fatima, c'est l'attaque de la famille et de Dieu le Père dans son acte créateur. La troisième guerre mondiale est le résultat de cette transgression.

 

 

M et le troisième secret - Lumière Divine 1/5

Tout en remerciant Pierre Barnérias pour son immense travail et pour son talent, une série de vidéos pour approfondir et éclaircir les questions soulevées par le film...

Téléchargement du fichier audio en .mp3

 

 

M et le troisième secret - Cinquième sceau de l'Apocalypse 2/5

Téléchargement du fichier audio en .mp3

 

 

M et le troisième secret - Guerre finale à la procréation sponsale 3/5

Téléchargement du fichier audio en .mp3

 

 

M et le troisième secret - Coeur primordial pour la victoire du coeur 4/5

Téléchargement du fichier audio en .mp3

 

 

M et le troisième secret - Victoire Immaculée 5/5

Téléchargement du fichier audio en .mp3

 

 

Meshom, l'ultime révolte contre Dieu - Partie 1

Une atteinte à la paternité Divine, un rupture dans l'acte créateur éternel de Dieu: le clonage.
Le temps nous est compté avant l'Avertissement.

 

 

 

Meshom, l'ultime révolte contre Dieu - Partie 2

Une atteinte à la paternité Divine, un rupture dans l'acte créateur éternel de Dieu: le clonage.
Le temps nous est compté avant l'Avertissement.

 

 

 

Meshom, l'ultime révolte contre Dieu - Partie 3

Avec cette série de vidéos fondamentales, nous entrons peu à peu dans l'urgence d'une préparation spirituelle concrète. Le père Nathan nous donne des clés de lecture et de compréhension uniques, absolument inédites, de la parole de Dieu, en corrélation avec ce que nous vivons dans le concret, le quotidien de nos existences prise dans la mélasse. Le père nous ré-enseigne l'oraison: comment prier pour disposer nos intelligences à une renaissance spirituelle.

 

 

 

Meshom, l'ultime révolte contre Dieu - Partie 4

De l'incommensurable grandeur de l'âme à l'instant de l'acte créateur, à l'attention de tous les fous qui prétendent que la cellule portant le premier génome de l’individu n'est rien. Elle est tout au contraire.

 

 

 

Meshom, l'ultime révolte contre Dieu - Partie 5

L'âme face au mouvement contraire du péché originel. Pour en finir avec la conception dualiste du mal contre le bien. La disponibilité nécessaire du chrétien.

 

 

 

Meshom, l'ultime révolte contre Dieu - Partie 6-1

La fécondité de Marie ; Marie mère de l’Église ; infestation satanique après Vatican 2. De l'interdiction absolue de la communion à la main. Pour mieux comprendre l’Église et savoir se positionner en tant que catholique, sans se laisser submerger par le combat modernisme/traditionalisme.
Entretien enregistré et mis en ligne par Régis, du blog http://vienschrist.unblog.fr/

 

 

 

Meshom, l'ultime révolte contre Dieu - Partie 6-2

 

 

 

Meshom, l'ultime révolte contre Dieu - Partie 7

Des larmes pour Dieu. "Prenez et mangez", traduction hérétique; ACCÍPITE ET MANDUCÁTE doit se traduire par Recevez et mangez. Le shikoutsim meshomem, c'est en premier lieu la dévastation du sacrement eucharistique.

 

 

 

Meshom, l'ultime révolte contre Dieu - Partie 8

L'union hypostatique expliquée aux catholiques débutants que nous sommes.
Entretien enregistré et mis en ligne par Régis, du blog http://vienschrist.unblog.fr/

 

 

 

Meshom, l'ultime révolte contre Dieu - Partie 9

Jeanne d'Arc.
Entretien enregistré et mis en ligne par Régis, du blog http://vienschrist.unblog.fr/

 

 

 

Meshom, l'ultime révolte contre Dieu - Partie 10

Du véritable Israël. Les Gaulois, héritiers de la promesse divine. Musée Merrylin http://www.merrylinmuseum.com/ Le téléthon...
Entretien enregistré et mis en ligne par Régis, du blog http://vienschrist.unblog.fr/

 

 

 

Meshom, l'ultime révolte contre Dieu - Partie 11

Peut-être la partie la plus riche de cette série de vidéos.
Veuillez pardonner les incidents techniques qui m'ont forcé à supprimer par deux fois cette vidéo pour la remettre en ligne. J'ai en effet été confronté à un problème de droits d'auteur sur la bande son, un truc de dingue de la part d'un certain rapeur... Espérons que cette mise en ligne sera la bonne!
Régis du blog http://vienschrist.unblog.fr/

 

 

 

Meshom, l'ultime révolte contre Dieu - Partie 12

Prière.
Interview réalisé et mis en ligne par Régis, du blog http://vienschrist.unblog.fr/

 

 

 

Homélie de Carême : les trois éléments de l'Unité du coeur spirituel

 

 

 

Hommage au Père Emmanuel de Floris, le veilleur de Montmorin

 

 

 

Le Père Emmanuel de Floris et la Santissima Bambina (1 er partie)

 

 

 

Le Père Emmanuel de Floris et la Santissima Bambina (2 ième partie)

 

Le MESHOM est expliqué explicitement à partir de la minute 12'33" de cette vidéo

 

 

 

Le Père Emmanuel de Floris - Innocences et transgressions originelles

 

Montmorin - l'Adoux d'Oule

 

Le rocher à l'arrivée de l'Adoux d'Oule où l'on peut reconnaître la forme de la Santissima Bambina

 

 

L'entrée de l'ermitage

 

 

 

 

L'oratoire de la Santissima Bambina

 

 

Maria Santissima Bambina

 

 

 

 

Le Crucifix de l'oratoire

 

 

La très Sainte présence Eucharistique de Notre Jésus d'Amour

 

 

Le chemin de Croix au fond de l'oratoire

 

 

 

 

Pierre tombale du Père Jean Mortaigne

 

 

Pierre tombale du Père Emmanuel de Floris

 

 

La sépulture du Père Emmanuel de Floris

 

 

A CONNAITRE ABSOLUMENT - PERE PATRICK - SPONSALITE 2007 NOTRE DAME DE DOMANOVA 2005 1 2 3 4 5

 

 

Interview du Père Patrick par le Docteur Labaki sur le clonage humain (1 ère partie)

 

 

Interview du Père Patrick par le Docteur Labaki sur le clonage humain (2 ième partie)

 

 

Communion dans la main ? Textes officiels de la Sainte Eglise

 

Source : http://catholiquedu.free.fr/2012/Communion.pdf

Téléchargement du fichier en .pdf